Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2008 7 22 /06 /juin /2008 17:32

La Stratégie financière de la Trilatérale reviendra à la Chase Manhattan ( David Rockfeller) qui organisera et coordonnera du commencement à la fin la  "crise iranienne" à partir de la destruction "délibérée" du SHAH en étroite collaboration avec les banques "trilatéralistes" suivantes : Continental Illinois Corp, First Chicago Corp, Bank America Corp, Wells fargo, Manufacturers Hanover, J.P Morgan, en etroite symbiose avec Citicorp, Continental Corp, Chemical Bank, bankers Trust, etc..

On en déduira sans grand risque d'erreur que la politique des Etats-Unis sera celle de son "gouvernement invisible" lui-même mis en place pour la défense essentielle des intérêts de la famille Rockfeller.La politique pétrolière sera celle d'abord d'EXXON, comme sa politique minière sera celle d'AMAX, et sa politique financière celle de la CHASE MANHATTAN...ce qui fera dire à un politologue américain " les conjurés sont trop puissants". c'est ce que nous allons voir...

Pourquoi Les Russes ne nous aiment-ils pas ? demande un député israélien à la Knesset?

Parce que nous sommes gouvernés par des polonais, répond une voix.

Inspirateur de la politique étrangère du président Lyndon JOHNSON, puis de celle du président Jimmy CARTER, "Zbig" BRZEZINSKI théoricien émérite de la "Commission Trilatérale" est plus haut  que Jimmy CARTER , dans l'estime que lui rend David ROCKFELLER.

"Zbig" est né à Varsovie le 28 mars 1928 dans une famille de diplomates. En 1945, les BRZEZINSKI refusent de rentrer en Pologne. Ex-Consul de Pologne à Montréal, le père se fixe au Québec où le jeune "Zbig" poursuit ses études qui le conduiront de l'autre côté de la frontière, à l"université de Harvard.  En 1953, il soutient se thèse de doctorat sur les purges en URSS.

Professeur à l'Université de Colombia puis à celle de New-York, BRZEZINSKI prend la direction de l'Institut des Affaires communistes en 1960. Il se fait remarquer par l'acharnement de ses positions anti-communistes ; "je ne considère pas seulement le stalinisme comme un crime, mais aussi comme une dramatique erreur historique"

A Colombia sa réputation est celle d'un "dur". Il soutient à fond l'engagement des Etats-Unis au Vietnam, relève les erreurs de Henry Kissinger dont il ambitionne les fonctions et lui reproche de n'avoir su ni gagner ni conclure.

Remarqué par le président JOHNSON, "Zbig" est appelé au Conseil de planification politique de Département d'Etat. Il a le pied à l'étrier. La liste de ses ouvrages atteste de son anit-sovietisme...avanr de publier en 1970 l'ouvrage qui fera de lui le premier idéologue de la Trilatérale : "america's Role in the technetronic era"

Selon BRZEZINSKI, le monde vit un conflit permanent entre deux super-puissances, l"Union soviétique et les Etats-Unis. Tous les moyens sont bons pour s'opposer partout aux entreprises soviétiques même au prix d'un rapprochement avec Pékin si l'on veut se défaire de ce qu'il appelle ; "les illusions dans l'équilibre des puissances"

Ses amis l'appellent "Zbig le technétronique". Ses adversaires ont retenu ce surnom que lui donnent les Russes : "Le Pivert" parce qu'il a un long nez pointu et qu'il sert, tête en avant, comme l'oiseau quand il discute âprement avec ceux qui lui font front. Il est la "boussole dure" de la Maison Blanche.

Ce que pense les Soviétiques du "pivert polonais"

J'ai rencontré BRZEZINSKI en 1972 à New-York, écrit Guennadi GUERASSIMOV, observateur de l'Agence de presse soviétique Novosti, au cours des réunions du "C.F.R."; il aimait prononcer des discours et possédait à la perfection le "langage conceptuel" des politologues américains. Un savant occidental a déclaré au journaliste britannique Jonathan POWER : "si vous relisez ce qu'a écrit BRZEZINSKI, vous découvrirez un talent particulier à se "tromper". Mais les erreurs dans les livres sont une chose. Les erreurs politiques en sont une autre..elles influent sur le sort du monde. 

Malgré l'exotisme apparent des "théories" qu'il invente, poursuit Guennadi GUERASSIMOV, les vues de BRZEZINSKI sont tout à fait déterminées. C'est un chevalier de la guerre froide, selon le "Spiegel", c'est un ennemi juré de l'Union soviétique. Cette disposition dirigée contre la Russie, coupable ne serait-ce que l'exister, met en doute l'aptitude de BRZEZINSKI à conseiller qui que ce soit en matière de politiique extérieure."

Eugèen McCARTY s'attend au pire de l'intention de BRZEZINSKI d'établir sur la planète "un nouvel ordre mondial" poursuit GUERASSIMOV. Le linguiste Noam CHOMSKY déclare : "c'est un personnage absolument irresponsable" Tous ceux qui connaissent BRZEZINSKI, conclut GUERASSIMOV, soulignent qu'il est impulsif. Ce trait est dangereux à proximité du gouvernement d'un pays.

Après avoir pris les exactes dimensions du costume politique de BRZEZINSKI, les soviétiques prennent la décision de le tourner en ridicule, assurés qu'ils sont que, devant tout à David ROCKFELLER leur ami, et allié, il saura se montrer compréhensif. Veut-on se faire une idée précise de l'envergure intellectuelle de "Zbig" BRZEZINSKI, grand maitre de la " Commission Trilatérale"? Rien de plus facile, répondent les soviétiques qui répandent discrètement l'histoire authentique suivante :

en 1964 impatient de se hisser au premier rang de la diplomatie américaine, "Zbig" BRZEZINSKI avait imaginé la solution suivante pour faire basculer la République Démocratique allemande à l'Ouest. "Nous pourrions isoler géographiquement la RDA, en construisant de gigantesques ponts menant de la République fédérale, à l'ouest, vers l'Union soviétique et les autres démocraties populaires à l'Est".

Peu à peu les soviétiques baisseront la voix et parviendront à neutraliser "Zbig" haut responsable de la sécurité militaire des Etats-Unis, de l'intérieur même de son pays. Ce sera l'oeuvre de la TRILATERALE couronnée par le désastre du raid aéroporté américain de Tabas, en Iran.

"Il n'est pas question que cette Commission Trilatérale, pour nous, "soit anti-communiste" précisait dès 1975 George S. FRANKLIN, du C.F.R. secrétaire du groupe Amérique du Nord de la Trilatérale.

"Zbig" BRZEZINSKI aura été rappelé à ses devoirs

Ils ne sont pas américains. Ils sont Trilatéralistes...

quelques semaines plus tard l'Afganistan est envahi...

David ROCKFELLER ne dissimule pas sa satisfaction, en disant à qui voulait l'entendre que "Zbig" est le "seul homme capable" du gouvernement CARTER, Je dis bien le seul"..;parce que l'expression est de David ROCKFELLER lui-même et qu'à ses yeux les vues de "Zbig" en font un personnage d'une envergure supérieure à celle de Jimmy CARTER. Il est le théoricien du gouvernement invisible des Etats-Unis"
 
Que pense "Zbig" BRZEZINSKI ?

La politique étrangère américaine mérite un effort architectural, écrit-il en 1974. Dans un article publié par le " New-York Times" (porte-parole officiel du C.F.R. puis de la Trilatérale) intitulé " regarder la crise en face" "Zbig" se pose en chalenger d'Henry Kissinger et expose ce que sera "sa" politique "à lui" .
Conceptuel "Zbig" veut l'être en construisant sa politique à partir d'une vision scientifique de l'avenir du monde. Ce système porte un nom  qu'il invente : "technétronique", c'est à dire la synthèse de la technologie et de l'électronique qui dominent la société moderne.

Sur ces bases que"Zbig" considère comme communes à tous les pays de progrès, des accords et des ententes peuvent être conclus puisque, à l'évidence, "les intérêts sont convergents"

Exemple : les intérêts vitaux des Etats-Unis et de l'Union soviétique sont convergents.

Pour BRZEZINSKI et ses amis de la Trilatérale, dans un monde dominé par la technologie, partout le communisme est débordé et cesse d'être "une idéologie dominante" , il n'est plus à craindre parce qu'il est dilué, par la force des choses, dans la technologie et l'electronique.

Pour "Zbig" il faut préparer la venu d'une nouvelle élite. Cette élite sortira du creuset de la Trilatérale. On passera ensuite à l'action. Pour lui les structures traditionnelles des Etats-Unis doivent être détruites, puisque c'est à travers ces ruines que passe le chemin qui doit conduire "Zbig" à l'exercice de la puissance. L'ancienne élite doit disparaitre: le WASP (White anglo-saxons protestants) , doit être écarté. Des élitistes nouveaux doivent assumer les plus hautes responsabilités dans une démocratie totalement labourée par des "penseurs" dont les objectifs  réels sont ceux des soviéts et du lobby juif .!

"La guerre du vietnam explique "Zbig" fut le Waterloo de l'élite des Wasp, Une politique nouvelle va être "architecturée" qui servira les intérêts conjoints d'ISREAL et des grandes sociétés pétrolières.
Cette politique passe par la planification de la hausse du prix du pétrole. Les crises majeures qui en découleront en Occident ne sont d'aucune importance. Il s'agit pour les pétroliers de s'assurer des bénéfices fantastiques. Il s'agit pour la survie d'ISREAL de mettre les pays arabes hors d'état de nuire à jamais par "implosion", "en les ruinant de l'intérieur à partir du jour où leurs prix de vente du pétrole cesseront d'être compétifs"

La planification de la hausse du prix du pétrole sera l'objectif  " secret" du gouvernement des Etats-Unis, c'est la Trilatérale qui va sceller le destin du SHAH, affaiblir les positions militaires en IRAN, rendre impossible le raid aéroporté de TABAS. Il importe que l'attention soit détournée, pour "amuser la galerie", on cherchera et trouvera facilement abcès de fixation : l' Afrique australe, (on voudra bien observer que la position de la Trilatérale concernant la destabilisation de l'Afrique australe est rigoureusement celle des soviétiques et des cubains.)

"Zbig" fait le point : "Rien ne saurait être plus funeste pour les Etats-Unis que de se poser en derniers défenseurs de ce qu'il reste de suprématie des blancs en Afrique au moment où l'égalité raciale vient d'être acceptée comme norme impérative. Cela n'aurait pour effet que de rallier toute l'Afrique et une partie de l'Asie contre nous".

En 1977, Cyrus VANCE, autre membre de la Trilatérale, déclare : "nous partons d'une proposition fondamentale : notre politique doit nécessairement reconnaitre la singularité de l'identité africaine, on ne saurait prétendre ni à la raison, ni à l'éfficacité en traitant l'Afrique comme une simple composante du Tiers monde, ou comme champs clos expérimental pour affrontement Est-Ouest" .

En 1979, le "lobby" juif , aux Etats-Unis, aura senti passer le vent du boulet. Il saisira d'un vague prétexte à propos d'une rencontre entre Andrew YUNG et les palestiniens pour contraindre le président CARTER à se défaire de son extravagant ambassadeur et le prier d'aller exercer ailleurs ses talents meutriers.

L'idéologie de la Trilatérale et le "Zbig system"  peuvent se résumer en un mot : oui à l'expansion  communiste en Afrique, pourquoi ? parce que .."nous sommes maintenant libérés de la crainte excessive du communisme"  déclare Jimmy CARTER le 22 mai 1977 à Notre-Dame (Etats-Unis) La destruction de l'occident et son occupation par les troupes soviétiques ne sont pas de nature à toubler la sérénité de la "Commission Trilatérale"

L'élaboration de cette doctrine que systématise "Zbig" débute dans le plus grand secret en février 1967; à l'issue d'une réunion qui se tient du 15 au 17 mars dans l'île Saint-Simon (Georgie)
Sont présentes les meilleures têtes pensantes du monde politique, des affaires et de la finance anglo-saxon. Les participants appartiennent ou sont liées au C.F.R. et au Royal Instituts International Affaire ( R.I.I.A.)

Les russes ont rétabli l'ordre à Budapest. La peur gagne, à Saint-Simon on se préoccupe de mettre sur pied un "plan d'extention" vitale du système économique américain, "qui s'appuiera" sur la détente Est-Ouest. L'idée se précise d'un "gouvernement mondial, elle fait long feu de par son irréalisme même.  Cependant, en 1959, les bases sont jetées d'un nouvel ordre mondial qui va institutionnaliser les rapports entre l'occident et les soviétiques. C'est ce que l'on baptisera quelques années plus tard  "la doctrine SONNEFELD".

Faute de s'y plier l'IRAN de Mohammed REZZA PAHLAVI sera abandonnée aux férocités islamiques. l'Afganistan sera abandonnée, comme le furent le Laos et le Cambodge, puis la Rhodésie, et comme le serait l'Europe si nécessaire.

Pour les gens du C.F.R., du BILDERBERG, de la TRILATERALE il est évident qu'à terme, un jour ou l'autre, l'URSS sera comme un nouvel état américain. Dans cette perspective, en février 1961, le département d'Etat et le Département de la Défense publient un extraordinaire document, un mémorendum qui abandonne la planète aux entreprises soviétiques..!

L'un des porte-parole les plus qualifiés du C.F.R. dont la Trilatérale prend la relève L.O. BLOOMFIELD, y déclare textuellement :

" Si le communisme se trouvait gravement affecté dans son dynamisme, l'occident perdrait tout intérêt à l'égard d'un gouvernement mondial, ce qui signifie qu'il faut maintenir l'aide américaine à l'Est, car sa suppression pourrait provoquer l'effondrement de l'empire communiste"  (24 février 1961)


Pour les élitistes capitalistes, comme pour les élitistes communistes, la démocratie est une fiction. Elle est inéfficace et par la même; dangereuse. Dès 1920, Lénine disait : "l'essentiel est la production, la démocratie est une notion secondaire qui relève de la seule politique" . Ce pourrait être la devise de la "Trilatérale". Aux Etats-Unis, HEINLEIN prolonge la pensée de Lénine ; "nous n'allons plus décider des questions dont dépend le sort du système solaire lui-même en comptant les morveux des braves gens"

Trilatéralistes et communistes sont en plein accord sur des deux points : le pouvoir vient d'en haut, nullement des masses incultes, grossières et irresponsables. le vrai pouvoir, la vraie puissance, ne peuvent s'exercer que dans le "secret"...!

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Tu es à l'honneur de mes publications amicalement Eva