Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 16:36

Le ministère de l'intérieur a démenti samedi l'existence d'un plan de sauvetage des collectivités locales de plusieurs milliards d'€ évoqué sur le site internet d'informations Rue89.

Selon Edouard HUSSON, Maître de conférence et Directeur de recherches en histoire contemporaine de l'Allemagne et de l'Europe auprès de l'Université de la Sorbonne à Paris:
Toute la presse allemande y va de son article sur les responsables des affaires financières municipales des villes allemandes. Ils se sont laissés séduire par les grands instituts financiers à l'angle-saxonne et ce sont aujourd'hui les municipalités qui sont menacées de faillite. Les pertes globales des municipalités, qui se sont jetés, il y a une dizaine d'années, sur les "swaps" et autres produits financiers auxquelles "ces responsables des affaires financières municipales" ne comprenaient pas grand chose, sélèveraient à plusieurs milliards d'€.

Oskar LAFONTAINE refuse quant à lui, que l'on pratique la politique du pire en laissant tomber les banques sous prétexte que les renflouer serait immoral :
"Le plus important est de maintenir le flux de la circulation monétaire, car sinon les retraités, les petites entreprises et les nécessiteux en patiront"
Rappelant que la quasi-faillite des Landesbanken n'est pas dû à leur statut public mais au fait qu'elles se sont livrées aux mêmes spéculations que les établissements privés.
(tous en Europe ont mis le doigt dans le pot de miel..!)

selon l'article de Rue89
En France, l'entourage de la ministre de l'Intérieur, indique qu'une réflexion est engagée avec le ministère de l'Economie et des Finances pour trouver des solutions aux problèmes que rencontrent les établissements financiers qui interviennent au profit des collectivités territoriales..

Ces établissements, parmi lesquels figurent DEXIA, la CAISSE d'EPARGNE, le CREDIT AGRICOLE ou la SOCIETE GENERALE, ont accordé des prêts à moyen et à long terme aux collectivités locales. Elles rencontrent actuellement des difficultés pour trouver des ressources de même maturité en raison de la crise financière...
(tient il n'y avait aucun problème...les banques françaises étaient...saines..!)

Le plan de soutien aux banques présenté par le gouvernement et adopté définitivement mercredi par le Parlement prévoit que l'Etat apportera sa garantie aux emprunts dont les banques ont besoin pour se refinancer pour une durée pouvant aller jusqu'à cinq ans...!

Or dans la situation actuelle, les établissements financiers ont des difficultés à trouver des ressources sur des maturités longues explique-t-on dans l'entourage de la ministre de l'Intérieur.
 Est-ce bien la réalité ?

Le semblant de réconciliation franco-allemande de la fin de semaine dernière ne doit pas camoufler les désaccords de fond entre Paris et Berlin.
D'abord chaque pays est responsable pour ses propres banques..Berlin n'a pas cédé d'un pouce là-dessus. Un conflit oppose l'Allemagne et ses voisins européens. Français,Italiens ou Néerlandais sont tout disposés à entretenir la croissance d'un pays dont 20% des emplois dépendent des exportations, à condition que le dit pays augmente aussi la part des importations venant de chez eux.
Les français sont suivis quand ils réclament une harmonisation des législations fiscales et sociales en Europe. L'Allemagne reste fidèle à l'idée que les membres d'une fédération sont engagés dans une concurrence vertueuse. En fait, dans un monde caractérisé par le privilège monétaire américain, le dumping salarial chinois, l'Allemagne s'accroche à l'illusion du maintien de " l'ordre libéral" dans un monde sans règles, tandis que la France voit dans l'Europe un amortisseur des chocs de la mondialisation.
L'attelage peut-il tenir sur du long terme ?


Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Trés bonne analyse  et, on ne met pas encore l'accent sur les collectivités/Communauté de commune qui viennent alourdir la gestion.Véritable bombe a retardement