Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 20:36

Lu sur Agoravox
Par Caleb Irri

Moraliser le capitalisme. Au delà du non-sens que constitue cette acception (le capitalisme n'est pas immoral mais amoral), il est évident que le fait de vouloir rendre le capitalisme plus "moral" (sans compter que la morale est un concept relatif) doit passer par la transparence au niveau des paradis fiscaux, ceux-ci même que notre président (presque socialiste dans son discours de Toulon) a prétendu vouloir réformer,
 voire supprimer.


Ceci est pour ainsi dire impossible , au moins d'un point de vue capitaliste : car ces "paradis fiscaux" sont une pierre angulaire de ce même capitalisme. Sans eux, et surtout sans les possibilités qu'ils offrent, c'est tout le système qui serait mis à mal par cette réforme.

 

Si les transactions traversant ces "paradis" étaient connues, il serait alors possible de déterminer précisément d'où vient l'argent de la drogue, du terrorisme, des pots de vin, de la corruption, en clair de toutes les magouilles exercées par tous ceux qu'on appellera gentillement les voyous de la finance.
 Homme politiques et gros bonnets compris (car n'oublions pas que ce sont les amis fortunés des leaders politiques qui délocalisent leur argent cette fois et non leur entreprise) dans ces paradis fiscaux.
Un grand nombre d'entre eux étaient au récent forum de Davos...!

Dans un monde où les politiques sont largement soutenus par les grands financiers (et vice versa), laisser éclater au grand jour ce qui constitue une partie non négligeable de leurs ressources semblerait pire que se tirer une balle dans le pied : non seulement on y verrait les malversations dont ils profitent, et en plus ils y perdraient nécessairement une partie de leurs avantages, qui sont loin  d'être minimes.

Mais tout cela n'est sans doute pas le pire : au delà des "paradis fiscaux" et leurs taux d'imposition plus que généreux, ce sont les "paradis bancaires" qui plaisent le plus à tout ce petit monde.
Supprimer le secret bancaire permettrait sans doute de couper court au blanchiment d'argent sale, mais mettrait également en lumière les liens douteux qui existent entre cet argent sale et certains hauts-placés de certains gouvernements.

Et si ces "paradis bancaires" (il en existe un peu plus d'une dizaine en Europe) sont le trou noir de la finance, Clerstream en est un gigantesque. Le brave Denis Robert, qui avait tenté en son temps de s'y opposer, avait vu juste : il suffirait de lever le secret bancaire pour y trouver de nombreuses explications, que ce soit au sujet de l'affaire Madoff, mais également pour bien d'autres...

De plus, une telle mesure ferait éclater en miettes quelques Etats (Suisse, Luxembourg, Liechtenstein..), Etats qui doivent l'essentiel de leur fortune à leur politique fiscale. Sans compter Monaco, dont les pratiques sont autorisées par l'Etat français.

Monsieur Fillon a dit : " Des trous noirs comme les centres offshore ne doivent plus exister et leur disparition doit préluder à une refondation du système financier international"
CHICHE...!
( La BNP dont le Pdg est Michel Pebereau, a racheté à la Banque of Scotland une filiale spécialisée dans la gestion de Fonds offshore...il est le conseillé personnel du président Sarkozy...!)

Lorsque les transactions seront si fichées que pas une centime ne circulera sans laisser de trace, il faudra bien payer ses impôts, et signer l'arrêt de mort du travail au noir, de la prostitution, de la drogue, de jeux,  de certains achats ou ventes que l'on veut cacher...et des marchés dérivés..!

Ce n'est pas demain la veille, de sorte que rendez-vous à la prochaine bulle d'ici quelques années et à la prochaine crise...!










Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Moraliser le Capitaliste, quelle blague !!!, je l'ai longtemps pense, mais c'est impossible de par la definition meme du capitalisme ( recherche du profit maximum a n'importe quel moyen ).Mais je suis persuade que ce sont ces structures offshore ( developpe exponentiellement ces dernieres annees ) qui ont favorise ce capitalisme tres sauvage de ces 20 dernieres annees.Le pire c'est que l'on n'oppose rien a ce capitalisme, ce liberalisme tout-puissant et si on oppose, et bien on est communiste...Changeons tout ca.
R
<br /> <br /> hélas..! il n'y a guère d'illusion à se faire quant à la suppression des paradis fiscaux et des sturctures offshore : ce sont les amis des leaders politiques qui délocalisent (non pas leur<br /> entreprise dans ce cas) mais une partie de leurs avoirs... (mais cette fois ils y ont laissé quelques plumes...!)<br /> <br /> <br /> <br />