Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 16:40

Wall Street et la City et leurs relais médiatiques voudraient que les gouvernements soient obligés d'écouter leurs "experts" qui leur assurent que le seul moyen est de continuer à recapitaliser les banques à les inonder de

liquidités comme c'est le cas à Washington et Londres. Deux pays où les établissements financiers font la pluie et le beau temps dans les gouvernements.

 

(Christine Lagarde à présent qu'elle est au FMI tient aussi ce langage, rien d'étonnant, elle fait partie du clan Rockfeller !)

 

Pourtant la décision des banques centrales occidentales du 15/09/2011 de recommencer à inonder de dollars les grandes banques n'aura pas plus d'effet durable que précédemment..!

Ben Bernanke, président de la FED, vient d'annoncer un nouveau plan de 400 milliards de dollars, mais les bourses mondiales n'y croient plus de sorte que c'est l'effondrement !

 

La prise de conscience croissante, des dirigeants et des opinions publiques de l'Euroland, du fait qu'il y a au minimum une opération de propagande venue  d'outre-Manche et d'outre-Atlantique destinée à "casser la confiance dans l'euro" va entraîner dans l'année à venir une révision radicale des références et de la crédibilité des journalistes et experts traitant de la crise. ( Laurence Parisot, présidente du MEDEF parle de complot)

 

Et l'Euroland qui se croyait, il y a peu encore, dans une grande fraternité avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni découvre que les choses sont beaucoup plus compliquées que cela. Il est fort probable qu'en 2012 bons nombre de médias de l'Euroland vont commencer à questionner l'objectivité, voire l'honnêteté, de journalistes formés aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni dans les grands médias anglo-saxons en pointe en matière d'attaque contre l'euro.

(France24, vient d'en fournir un exemple remarquable, interviewant la présidente du MEDEF sur ses déclarations à propos d'un complot américain contre l'euro (05/09/2011) la journaliste Stéphanie Antoine n'a eu de cesse de mettre en doute sans argument la position de Laurence Parisot).

Le CV de Stéphanie Antoine est clair : elle a travaillé à New-York et Londres pour ABC, CNBC et Blomberg.

Comme Laurence Parisot accusait notamment les médias US, on comprend mieux l'absence d'objectivité de la journaliste sur le sujet.

 

Le combat fait rage autour de la BCE : la nomination de Mario Draghi, ancien de Goldman Sachs, la démission de Jurgend Stark..ressortent de ces tentatives de mettre Francfort sous la même tutelle que Londres et Washington. Mais elles sont condamnées d'avances du fait de l'espace ouvert, inscrit dans la construction européenne, où les discussions sont nourries par l'échec des politiques de 2008 et l"irruption croissante des opinions publiques dans le débat.

 

Cette crise est d'ampleur historique, les mesures à prendre pour la traverser au mieux et en sortir plus fort exigent des débats sérieux et profonds, donc du temps.

Et le temps pris par les eurolandais, c'est de l'argent perdu pour les marchés..ce qui explique leusr craintes.

Il faut laisser le temps au second plan d'aide à la Grèce de se mettre en oeuvre. D'autre part les dirigeants actuels sont pour la plupart en "fin de course" de sorte qu'il faut attendre la mi-2012 pour assiter à une nouvelle accélération majeure de l'intégration de l'Euroland.

 

Une approche européenne se fait jour, elle consiste à rejeter l'idée que les opérateurs financiers privés, dont Wall Street et la City sont l'incarnation, ne sont pas pleinement responsables des risques qu'ils prennent.Or depuis des décennies c'était l'idée dominante qui alimentait le développement de l'économie financière :

"pile je gagne, face tu me renfloues"

L'existence des grandes banques occidentales est devenue liée à cette certitude.

Les bilans des grands acteurs de Wall Street et de la City, sont incapables de résister à ce changement de paradigme.

 

D'autre part, il faut souligner la fin avérée du moteur US de la croissance mondiale sur fond de paralysie politique

du pays qui va terminer l'année comme la Grèce a terminé l'année 2008 : le monde découvre peu à peu que le pays a une dette qu'il n'est plus capable d'assumer, que ses créanciers ne veulent plus prêter et que son économie est incapable de faire face à une austérité significative sans plonger dans une profonde dépression.

L'analogie avec la Grèce peut aller plus loin :

tout comme l'UE et les banques de 1982 à 2009, ont prêté à la Grèce sans compter...et sans lui demander des comptes, sur la mêmme période, le monde a prêté sans compter aux Etats-Unis en croyant sur parole ses dirigeants quant à l'état de l'économie et des finances du pays

Dans les deux cas, l'argent a été gaspillé dans des booms immobiliers sans avenir, dans des politiques de clientélisme dispendieuses, dans des dépenses militaires improductives.

Et dans les deux cas, tout le monde découvre qu'on ne peut pas en quelques trimestres réparer des décennies d'inconscience.

 

Les grandes agences de notation rejoindront S&P dans la dégradation de la note US et la diversification hors des Bons du Trésor US s'accélérera au cours des mois prochains.

 

L'incapacité de la FED à faire autre chose que de parler et à manipuler les bourses ou les prix de l'essence aux US rend impossible tout "sauvetage" de dernière minute.

 

Au cours des trois mois à venir le déficit public US va s'accroître considérablement car les revenus fiscaux sont déjà en train de s'effondrer sous l'effet de la rechute en récession. Autant dire que le plafond l'endettement accru voté il y a quelques semaines sera atteint avant les élections de novembre 2012...et c'est l'information qui va se répandre dès les quatrième trimestre 2011....renforçant toutes les craintes des investisseurs de voir les Etats-Unis suivre l'exemple de l'Euroland pour la Grèce et obliger leurs créanciers à assumer de lourdes pertes.

 

C'est le grand choc financier du second semestre 2011 projetant la planète hors du monde d'avant la crise.

Il restera à construire le monde d'après car plusieurs avenirs sont possibles, à partir de 2012...!

 

extrait de LEAP

millesime

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
<br /> <br /> Asselineau est le seul homme de droite qui a compris le danger d'une Europe fédérale et le pourquoi de cette Europe : Pour le bénéfice des financiers américains ! C'est ainsi que ces derniers<br /> font tout en ce moment pour que Merkel reste dans l'euro alors que les Allemands auraient grandement intérêts à quitter l'union européenne. comment ? Grâce à l'article 50 qui en précise les<br /> modalités de sortie !<br /> <br /> Contrairement à la Norvège ou à la Suisse, la France en, entrant dans l'Euro s'est très appauvri. La mondialisation heureuse promise par Minc est une escroquerie qui ne profite qu'à une certaine<br /> oligarchie. A se demander encore une fois comment Sarkozy a-t-il pu prendre cet homme comme conseiller. Minc ne disait-il pas en 2008 que la crise allait se terminer ?<br /> <br /> http://www.youtube.com/watch?v=voCxjX7b5HY&feature=related<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />