Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 22:10

La découverte fin 2010 d'importantes réserves de gaz naturel dans les eaux israëliennes en Méditerranée a incité les pays voisins à inspecter de plus près leurs propres eaux.

Les résultats montrent que l'ensemble de la Méditerranée orientale regorge d'immenses réserves de pétrole et de gaz inexploitées. Ceci a d'énormes conséquences politiques, géopolitiques, économiques et pourrait avoir aussi des conséquences militaires.

 

Les premières exploitations ont confirmé que les réserves en pétrole et en gaz étaient impressionnantes partout dans les eaux au large de la Grèce, de la Turquie, de Chypre et de la Syrie..

 

Avec la crise financière désastreuse que connaît le pays, il n'est pas surprenant que le gouvernement grec se soit sérieusement mis à chercher du pétrole et du gaz. Depuis qu'il en a trouvé, le pays s'est mis à danser un curieux ballet avec le FMi et les gouvernements de l' Union européenne, une sorte de "sirtaki de l'énergie" afin de savoir qui contrôlera ces immenses découvertes et donc, qui en bénéficiera en dernier ressort.

 

En décembre 2010, alors qu'il semblait que la crise grecque pouvait encore être résolue sans plans de sauvetage géant ou de privatisations, le ministère grec de l' Energie a constitué un groupe d'experts afin d'étudier les perpectives en matière de pétrole et de gaz dans ses eaux. L'industrie pétrolière et gazière du pays a commencé à augmenter ses investissements après une première petite découverte de pétrole en 2009. Des études géologiques plus importantes ont alors été conduites. les premières estimations révèlent que la quantité de pétrole au large des côtes grecques dépasserait 22 milliards de barils dans la mer ionienne à l'ouest et quelques 4 milliards de barils dans le nord de la mer Egée à l'est.

 

Les parties sud de la mer Egée et de la mer de Crète ne sont pas encore explorées et les chiffres pourraient in fine s'avérer être beaucoup plus élevés. Un précédant rapport du Conseil National Grec pour la Politique Energétique annonçait : " La Grèce est l'un des pays les moins explorés en Europe au regard des réserves d'hydrocarbures potentielles ". Selon l'analyste Aristote Vassilakis, " les enquêtes mesurant lla quantité de gaz naturel ont évalué les réserves à 9 000 milliards de dollars " . Même si une petite partie seulement de ceci était disponible, cela suffirait à transformer radicalement les finances de la Grèce et de toute  la région.

 

David Hynes, l'expert en ressources pétrolières de l' Université de Tulane ( Nouvelle-Orléans) a confié à un auditoire à Athènes que la Grèce pourrait potentiellement résoudre sa crise et rembourser toute la dette publique via l'exploitation des nouveaux gisements de gaz et de pétrole découverts. Il estime que cela pourrait rapporter au pays plus de 300 milliards de d'euros sur 25 ans.

 

Mais au lieu de cela, le gouvernement grec est contraint d'accepter des remaniements ministériels, des réductions de salaires et des suspensions de versement de retraites pour obtenir un deuxième prêt de la part de l' UE et du FMI, ce qui ne fera que conduire le pays plus profondément encore sur le chemin du déclin économique.

 

Il est notoire que les dirigeants du FMI et de l' UE, et notamment d' Allemagne, demandent que la Grèce vende ses ports et ses entreprises publiques, parmi lesquelles bien sûr les compagnies pétrolières d' Etat, afin de réduire sa dette. Dans le meilleurs des cas, la vente des actions rapporterait au pays 50 milliards d'euros. Les plans prévoient que l'entreprise publique de gaz naturel, DEPA, privatise 65 % de ses actions pour rembourser la dette. Les acheteurs viendraient probablement de l'extérieur du pays, comme ce fut le cas pour d'autres entreprises grecques dans la même situation.

 

Le problème, au delà de la demande du FMI que la Grèce brade ses ressources pétrolifères, réside dans le fait que la Grèce n'a pas déclaré de Zone Economique Exclusive ( ZEE) comme la plupart des autres pays qui forent pour trouver du pétrole. Il y avait peu de besoins jusqu'alors. Une ZEE confère à l' Etat des droits spécifiques relatifs aux richesses du sous-sol dans ses eaux déclarées en vertu de la Troisième Convention des Nations-Unies sur le Droit de la Mer, entré en vigueur en 1994. En vertu de celle-ci, une nation peut prétendre à une ZEE jusqu'à 200 milles marins de ses côtes . (ex: la Norvège)

 

La Turquie a déjà déclaré qu'elle considérerait comme un " acte de guerre " le fait que la Grèce fore plus loin dans la mer Egée jusqu'à présent cela n'avait pas prêté à conséquences car aucune réserve de pétrole ou de gaz n'étaient connues. Désormais il s'agit d'un tout autre enjeu.

 

Evangelos Kouloumbis, ancien ministre de l' industrie à récemment déclaré que le pays pourrait " couvrir 50 % de ses besoins avec le pétrole découvert dans les champs offshore de la mer Egée, et le seul obstacle est l'opposition turque vis à vis d'une éventuelle exploitation grecque" .

 

source : Réseau Voltaire

 



Partager cet article
Repost0

commentaires