Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 17:00

Selon la Banque des règlements internationaux l'argent est de plus en plus difficile à trouver pour financer "l'immense" endettement public occidental écrit LEAP/2020 dans sa dernière lettre d'avril.

 

Le bruit fait autour de la Grèce par les médias, anglais et américains en particulier, aura tenté de cacher à la plupart des acteurs économiques, financiers et politiques le fait que le problème grec n'était pas le signe

d'une prochaine crise de la zone Euro, mais en fait un indice avancé du prochain grand choc de la crise systémique globale, à savoir la collision entre, d'une part, la virtualité des économies britanniques et américaines fondées sur un endettement public et privé insoutenable et , d'autre part, le double mur de la maturité des emprunts venant à échéance à partir de 2011 cumulée à la pénurie globale de fonds disponibles pour se re-financer à bon marché.

 

Ainsi le "doigt grec" ne montre pas tant l'eurozone que les dangers explosifs des besoins exponentiels de financement du Royaume Uni et des Etats-unis.

 

 Ainsi selon LEAP/2020

A- qui pourra/voudra soutenir le Royaume Uni après le 6 mai prochain quand son désordre politique exposera inéluctablement la déliquescence avancée de tous ses paramètres budgétaires, économiques et financiers?

 

L'immobilier britannique est piegé dans une dépression qui empêchera les prix de retrouver leurs niveaux de 2007 avant plusieurs générations (autant dire jamais) selon Lombard Street Research. Les rencontres multiples, fin 2009, du ministre britannique des finances, Alistair Darling, avec Goldman Sachs constituent un indice fiable de manipulation en matière de dette souveraine.

(Comme écrit précédemment il suffit de suivre Goldman Sachs pour connaitre le prochain risque de cessation de paiement d'un Etat...!)

 

B- qui pourra/voudra soutenir les Etats-Unis une fois que le détonateur britannique aura été mis à feu, déclenchant la panique sur le marché des dettes souveraines dont les Etats-Unis sont de très loin le premier émetteur?

 

D'autant plus que l'ampleur des besoins en matière de dette souveraine se conjugue à l'arrivée à échéance à partir de cette année d'une montagne de dettes privées américaines (immobilier commercial et LBO) à refinancer , pour un total de 4.200 milliards USD de dettes privées arrivant à échéance aux Etats-Unis d'ici 2014.

En y ajoutant les besoins de financement des autres acteurs économiques (ménages, entreprises, collectivités locales) c'est donc près de 5.000 milliards USD que les Etats-Unis vont devoir trouver en 2010 pour éviter la "panne sèche".

 

- Pour le Royaume Uni; le FMI et l'UE peut-être, mais la livre n'en sortira pas indemne et la crise des finances publiques va générer un plan d'austérité d'une ampleur sans précédent.

 

- Pour les Etats-Unis, personne car l'ampleur des besoins de financement dépassera les capacités des autres opérateurs 5FMI compris) et cet épisode entraînera directement, à l'hiver 2010/2011, l'explosion de la bulle des bons du Trésor US sur fond de remontée massive des taux d'intérêts pour financer les dettes souveraines et les besoins de refinancement des dettes privées, entraînant une nouvelle vague de faillites d'établissements financiers.

 

L'hiver 2010 va également être le théatre d'un autre phénomène destabilisateur aux Etats-Unis : le premier grand test électoral depuis le début de la crise où des millions d'américains vont probablement exprimer leur

 "ras-le-bol" d'une crise qui dure, qui n'affecte pas Washington et Wall-Street et qui génère un endettement public américain désormais contre-productif : un dollar emprunté génère désormais une moins-value de 40 cents.

 

Le monde n'a pas assez d'argent pour acheter encore plus de bons du Trésor américain .

(source :Shangai Daily , 18/12/2009)

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires