Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 13:32

(S)a (M)ajesté (S)arkozy a abondamment fait usage de sa vie privée, quand il pensait que jouer en live "amour,gloire et beauté" allaient lui valoir l'admiration et la sympathie des français. (selon Elisabeth Levy)

Même à Gangrange, face a des salariés menacés dans leur emploi, il n'a pû s'empêcher de faire de fines allusions à ses noces. Il a désacralisé une fonction à tour de bras...!

Résultat, tout est permis. Les médias (pour la plupart) ont accepté d'être les communicants d'un président mal conseillé  (merci Séguela.!) et mal inspiré.

Depuis quand le journalisme consiste-t-il à épouser les "plans com" des uns et des autres ?

Nicolas Sarkozy a provoqué la presse, (conflictuel, intolérant, intransigeant..un tant soi peu paranoïaque..telle est ma perception)  il aime aussi se donner en spectacle.  la presse a acheté, mais elle n'était pas obligée d'acheter cette "came" qu'il vendait, toutefois cela fait "vendre" du papier...!

Il est puni par ou il a pêché..!

Il est bon toutefois de ne pas négliger "l'essentiel"

Un type qui écrit à son ex-femme  (si cela est vrai ) juste avant de se rendre devant le maire, (ou plutôt que le maire se rende au rendez-vous qui lui a été fixé), n'est peut-être pas très qualifié pour gouverner la France. Pas question de laisser le pouvoir nucléaire à un homme aussi instable.

La vie privée a une incidence sur l'activité publique...!

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 16:58

Oui si l'on s'appelle Laurence Pineau-Valencienne, fille de l'ancien PDG...!

Avec son compagnon, elle a indûment perçu le RMI de février 1999 à Mai 2005, soit 40 000 euros, alors qu'elle était assujettie à l'ISF..

Elle a été condamnée à 8 mois de prison avec sursis, et 25 000 euros d'amende.... 
Pourquoi cette "clémence" des juges ?  Pourquoi pas 40 000 euros d'amende ? 
(afin de rembourser la totalité des sommes indûment percues) 
la prison avec sursis étant la condamnation pour cet abus.

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 18:15

L'historien KANTOROWITZ dans ses écrits a souligné et fait part des "deux corps du roi"  : le corps sacerdotal  ( celui par lequel il incarne la collectivité ) et le corps réel ( celui qui mange, boit, aime ).

La distinction s'applique évidemment aussi aux présidents, chefs de gouvernement, et notamment à Nicolas Sarkozy qui prétend renforcer les pouvoirs présidentiels.

Il faut au sommet de l'Etat, un certain  "apparat"  (même si Nicolas Sarkozy a l'intention d'innover dans la forme).  Bernard Henri Levy remarquait récemment que tous les prédécesseurs de Nicolas Sarkozy avaient maintenu une distinction claire entre " le corps sacerdotal" et le "corps réel" pour que la majesté du premier ne soit pas atteint par le caractère commun du second.

Des bruits multiples ont couru sur les écarts de Jacques Chirac et de Valéry Giscard d'Estaing. La France a appris à la fin du second septennat la double vie de François Mitterand et de sa fille cachée. Ils ont su ,les uns et les autres,  maintenir la distance qu'il faut entre leur vie privée et leur rôle symbolique.

Avec Nicolas Sarkozy "les deux corps deviennent indistincts". Le peuple participe au "corps réel". Il vit, en direct, les querelles de ménage et les séparations, et à présent tout aussi en direct "le collage" avec sa nouvelle compagne.

Si encore ce "collage" avait été révélé par une indiscrétion de paparazzi, une photo volée, en réalité, l'Elysée "organise" l'information, puis ensuite Nicolas Sarkozy futige les médias, qui s'occupent ,bien trop, selon lui, de sa vie privé, plutôt que de son action politique.

Ces Frasques  présidentielles, "médiatisées" ,contribuent à porter atteinte à la majesté de la République.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 12:04

Le Nouvel Observateur a publié très récemment un article sur la hausse des prix, ( s'étant procuré un listing qui retraçait l'évolution des prix dans un hyper ). 

Ce listing représentant  250 produits de grandes marques parmi les plus vendus.

Il en ressort une hausse moyenne de 11,5% sur trois ans, deux fois plus que l'inflation sur la même période ..!

La hausse des prix ? pas vu pas pris... et pourtant tout flambe : les steacks hachés + 42%, les coquillettes + 32%, les filets de maquereaux + 35%.l'eau de Volvic + 26%...!

Ces hausses de prix devraient inspirer notre Président globe trotteur ( il n'a toutefois pas fait un tour de France des grandes surfaces ) qui a réclamé " un indice du pouvoir d'achat qui corresponde enfin à la vie quotidienne des français, pour qu'ils aient le sentiment qu'on ne se moque pas d'eux..!"

(tient ! l'indice INSEE ne serait pas fiable ?)

"Tout le monde s'est gavé"
résume un expert du système, ( la  grande distribution et les géants de l'agro-alimentaire...!),   "les perdants sont les consommateurs que nous sommes !"

Les consommateurs ont pourtant une arme redoutable (que le consommateur aaméricain sait fort bien utiler)  LE BOYCOTTE !

1 million d'internautes se passent le mot d'ordre de boycotter un produit courant parmi les plus vendus ; par exemple le steack haché...
résultat dans trois mois ....!!!

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 20:46

Le Docteur WHITAKER a obtenu son diplôme de médecin en 1970 et achevé son internat de chirurgie à Atlanta en 1971. En 1976 il a commencé à travailler au Printikin Longevity Center, sous la direction de Nathan PRITIKIN. Pour la première fois de sa carrière médicale, il a vu des patients aller réellement mieux.

Ce n'était pas le résultat de médicaments dangereux ni de procédures chirurgicales risquées, mais celui des puissants effets de l'exercice physique allié à une alimentation riche en hydrates de carbone complexes.

En 1979 il lance la Whitaker Wellness Institute Medical Clinic, pour partager ses connaissances avec des patients auxquels la médecine conventionnelle n'avait pas réussi et qui ne savaient plus vers quoi se tourner. Depuis son ouverture plus de 40 000 patients sont venus participer à un programme intensif de dietétique et de modification du style de vie.

Il a été interviewé le 9 juillet 2007 à propos de l'épidémie d'obésité aux Etats-Unis, des effets bénéfiquent de la médecine orthomoléculaire et des facteurs indispensalbes à l'obtention d'une santé optimale. Cette interview est extraite d'un livre à venir, privisoirement intitulé "conversations on the frontiers of médecine"

Dr Whiteker:

dans les années 1970 je travaillais aux urgences d'un hôpital.  Une femme est arrivée avec une entorse à la cheville. J'ai remarqué qu'en dehors de cette entorse, elle était exceptionnellment en bonne santé.En discutant avec elle j'ai découvert que pour gagner sa vie elle vendait des vitamines. Je me suis rendu compte que la médecine moderne passait beaucoup de temps à étudier la santé. Cette femme m'a parlé d'un médecin de Pasadena qui dirigeait un programme orthomoléculaire sur la nutrition, les vitamines et les minéraux. J'ai quitté les urgences et je suis venu travailler avec lui.

Avec lui j'ai découvert et lu les premiers travaux de Nathan PRITIKIN,  j'ai été fasciné par le fait que les gens allaient bien, alors que je n'ai jamais vu personne aller bien avec la médecine conventionnelle. ( ils étaient soumis à un manège constant d'accroissement de médicaments). Donc j'ai lu PRITIKIN et découvert des études sur l'alimentation et le diabète dont je n'avais jamais entendu parler à l'école de médecine.

quels sont les plus gros problèmes de la médecine moderne et que pensez-vous qu'il faudrait faire pour aider à corriger la situation?

Dr Whiteker :

La médecine moderne dépend des laboratoires pharmaceutiques. Tant qu'elle sera soumise à leur contrôle à toute épreuve, toute médecine générale scientifique réellement bonne est impossible. Vous ne pouvez pas avoir les centres de formation des écoles de médecine et des systèmes de formation médicale continue de troisième cycle sous contrôle des laboratoires pharmaceutiques et espérer une quelconque innovation dans cette communauté.
Une des raisons expliquant que les laboratoires pharmaceutiques ont autant d'influence est qu'ils ont le pouvoir des brevets. 
Cela leur permet de prendre une substance comme le Xanax et de facturer près de 136 dollars pour cent comprimés alors qu'il ne faut que 2,5 cents d'ingrédients actifs pour fabriquer ces cents comprimés. La marge bénéficiaire du Xanax approche les 570 000%...! 
Il n'y a aucune raison que le Xanax coûte 136 dollars avec une marge de 570 000% que le souhait du laboratoire, il pourrait tout aussi facilement ne faire payer qu'une marge de 240 000% et gagner encore beaucoup d'argent. 
Tant que ce modèle de business ne sera pas modifié, nous n'aurons jamais un contrôle légitime des services médicaux. Un contrôle légitime signifie que les patients peuvent compter de façon naturelle et fiable sur leurs médecins pour faire au mieux de leurs intérêts.

Alors cela signifie que ce que nous faisons pour aider à soigner les gens et améliorer leur santé a en réalité l'effet inverse.

Dr Whitaker

Cela ne fait pas simplement peur, c'est démontrable. Regardez tous les risques que les gens prennent dans la vie qui pourraient les conduire à la mort, comme prendre l'avion ou rouler en voiture, et la chose la plus risquée que  vous pouvez faire ? La plus risquée est de communiquer avec un médecin.

selon une étude la troisième cause de décès aux Etats-Unis ce sont les erreurs médicales.

Dr Whitaker

Si ce n'était que les erreurs, ce ne serait pas si mauvais. En 1986 lorsque l'étude CASS (coronary artery surgery study) étude de la chirugie de l'artère coronaire a été publiée, elle a montré que le taux de mortalité des patients gérés médicalement  -(qui n'avaient pas été opérés mais qui avaient une maladie cardio-vasculaire nettement symptomatique) - étaient en moyenne inférieur à 2% c'était 1,4%. Cette même année le taux de mortalité hospitalière de patients pour un pontage était de 11 % ...cela portait sur 10 000 patients.
Ainsi, ici, vous tuez un patient sur 9 par la chirurgie pour une maladie qui en tuait 1 sur 100. C'est démontrable et reproductible. Cette information est largement disponible. Un étudiant en premièr cycle pourrait la comprendre....!!!

un livre à lire .

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 07:01

Déjà en 2004 Philippe Micaelli avait écrit un  article dans lequel il soulignait que l'obésité ce n'est pas une question de gènes, mais était plutôt l'image que nous renvoie la société qui nous "forme", "transforme" "déforme"

Ainsi posait-il la question alors de savoir à qui profite le crime ?

Une publicité récente diffusée sur les chaines de télévisions américaines permet une analyse non médicale de l'obésité aux Etats-Unis. Le film vantait les bienfaits d'une nourriture pour chien permettant à celui-ci de perdre du poids...!!!   (de quoi se poser des questions)

Un chien  de compagnie ne se nourrit pas seul certes, il est dépendant de la fréquence et de la qualité des repas que lui délivre son maitre.  Donner de la nourriture  "perte de poids" est une projection du maître (obèse) sur le chien : une manière de se déculpabiliser...mais aussi de contribuer à la persistance d'un système de contrôle.

De quel système de contrôle s'agit-il? 
Le pourcentage d'obèses aux Etats-Unis est tel qu'il s'agit de se poser la fameuse question : à qui profite le crime ? si on pousse la reflexion, on s'aperçoit que l'obésité permet un contrôle financier, un contrôle psychologique et un contrôle des mouvements.

Le contrôle financier :
Les grandes entreprises alimentaires fabriquent des produits qui contiennent "volontairement" des ingrédients favorisant le prise de poids, la sensation de faim et le besoins de boissons sucrées pour contrebalancer les quantités de sel ingurgités. Ces mêmes entreprises ont crée des produits allégés (plus chers) et créateur de carences. Carences qu'il faut compenser par l'achat de vitamines et autres produits de substitution. La recherche du profit maximum par la création de produits alimentaires substitutifs amène en réalité un appauvrissement financier des consommateurs sans pour autant apporter d'améliortion à leur santé.  

Le contrôle psychologique : L'obèse se heurte à chaque instant de sa vie sociale à l'image que souhaite se donner la société ( top model, jeunesse éternelle, événements sportifs...)  le paradoxe est grand dans un pays ou 30% de la population est obèse que le sport sert à la fois de passeport scolaire et de masses nationales.La seule manière de compenser pour l'obèse est de se tourner vers des rêves inaccessibles.La publicité des régimes ou des produits amincissants en est l'illustration. Tout occupé à trouver une solution qui n'existe pas  (car la cause  se trouve dans son mode d'alimentation et les produits consommés) l'obèse tend à s'enfermer et ne peut consacrer de temps pour repenser la modèle de société qui lui est imposé. 

Le contrôle des mouvements : lorsque l'on est obèse tout geste qutidien devient plus difficile et une certaine dépendance se dessine. Les dépacements se font moins fréquents, de courte distance. A-t-on déjà vu une manifestation d'obèses? combien de temps un obèse peut-il resiter à un environnement hostile ou il pourrait être nécessaire de courir, de grimper ou se déplacer rapidement pour subvenir aux besoins les plus élémentaires? l'obèse ne peut remettre en question la société dans laquelle il vit.

Les sociétés jusqu'au récent moyen-âge contrôlaient leurs populations en les affamants et en imposant des taxes pour rendre impossible tout mouvement de rebellion ou de révolte. Aujourd'hui les mêmes recettes sont utilisée, seuls les instruments sont opposés :la famine est remplacée par l'opulence, et les impôts direts par des ponctions indirectes sur l'alimentation. L' effort physique a été supprimé, tout concours à vouloir contrôler le libre arbitre des citoyens par une projection fictive de la réalité...!

 

de Phillipe Micaelli 
Avril 2004
Partager cet article
Repost0
17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 05:41

CETTE AFFAIRE CONCERNE-T-ELLE UNIQUEMENT LE PATRONAT ?

Les médias sont allés chercher le vieux Yvon GATTAZ président du MEDEF dans les années 80 pour expliquer que c'était une pratique courante que de financer des organisations syndicales...

Florence PARISOT l'actuelle Présidente du MEDEF, naïvement , souligne qu'elle n'était pas au courant... !
(Les consignes n'auraient-t-elles pas été transmises???)

L'Union des Idustries Metallurgiques et Minières, (UIMM) syndicat patronal adhérent au MEDEF, présidée par Gautier SAUVAGNAC aurait , selon le journal "LES ECHOS" constitué un trésor de 160 millions d'euros !
(Une caisse de solidarité " antigrève"  pour soutenir les entreprises durant les conflits sociaux?)
Officiellement 17 millions d'euros ont été retirés ( le Juge ,sur commission rogatoire , peut enquèter et faire la toute la lumière sur les comptes !)

Si ce sont des prélèvements de sommes importantes sur les ressources des entreprises (car il s'agit des entreprises) c'est un autre débat que les sources de financement des organisations syndicales...!
Que font les experts comptables et les commissaires aux comptes???

Bernard THIEBAUT, secrétaire général du syndicat CGT,
souligne que le patronat devrait apporter "des preuves", "avant" de pointer du doigt des syndicats comme étant  "à priori" les bénéficiares de ces sommes importantes : "jamais un responsable patronal n'a apporté jusqu'à présent le plus petit début d'une preuve étayant cette affirmation" a-t-il souligné.

C'est pourtant ce que les lecteurs de la presse retiennent à sa lecture  (presse détenue pour sa plus grande partie par...le patronat..!), les différents médias ne sont pas en reste à cet égard...!

Des responsables patronaux ont déclaré que ces sommes servaient à "fluidifier le dialogue social" ...!
Clarté, franchise, transparence, 
si c'est le cas, ce n'est guère difficile pour ces responsables patronaux de communiquer le nom des syndicats ayant "bénéficié de ces largesses" 
HISTOIRE DE LES DECREBILISER UN PEU PLUS....CHICHE !!!
 

(Gautier SAUVAGNAC s'est "mis en retrait" ce lundi 15/10 de la négociation sur le marché du travail, dont il était le chef de file patronal.)

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 08:28

Les élèves aujourd'hui sont très corrompus par la clientélisation souligne-t-il, de sorte qu'il parle de régression!

Dans les années 1860, Victor Hugo en France, Dickens en Angleterre, ont tout fait pour libérer l'enfant de l'exploitation par le travail industriel ou agricole. Puis est venu Jules Ferry, ministre de l'Instruction publique entre 1879 et 1883, qui installe l'enfant sur les bancs de l'école laïque, gratuite et obligatoire avec un statut absolument différent de celui des adultes. Ceux-ci travaillent. Lui,  il apprend.

Ce n'est plus le cas aujourd'hui selon lui, depuis le milieu des années 1970, l'enfant a été restitué à la société des adultes, non plus en tant que travailleur, mais en qualité de client. Dès le berceau, l'enfant est instrumentalisé par la consommation:  Installer la télévision chez soi, c'est y introduire le marketing.

Jour après jour, on stimule chez l'enfant des désirs de consommation dans des domaines identiques à ceux des adultes : habillement, locomotion, électronique, téléphonie...voir bancaire...l'enfant acquiert ainsi une légitimité commerciale qui en fait un rouage indispensable à la société marchande et le place sur un pied d'égalité avec l'univers des adultes.

Il accède à la propriété sans contrepartie, avec l'argent de ses parents ou en se "débrouillant". Le système s'en fiche du moment que l'argent circule. Les enfants qui débarquent aujourd'hui dans les classes sont ainsi de petits propriétaires, animés par des désirs qu'ils ont l'habitude de voir rapidement satisfaits.

Dans notre culture, désormais, l'achat de l'objet convoité est devenu, "pour les parents", le moyen principal de manifester leur affection.

Est-ce que cela change du point de vue de l'école ?

Tout.
Les enfants, aujourd'hui, confondent leur désirs superficiels et leurs besoins fondamentaux. Ils arrivent à l'école porteurs de désirs qui demandent à être satisfaits immédiatement, c'est l'attrait constant de la nouveauté :une nouvelle marque, un nouveau téléphone, une nouvelle génération de godasses...Or il sa trouvent dans un lieu qui a pour vocation de s'adresser à leurs besoins fondamentaux : lire, écrire, compter, raisonner.

Qui plus est, l'école exige d'eux, pour la première fois, une monnaie d'échange : du savoir contre de la concentration, de l'attention, de l'effort, bref, du travail, avec tout ce que cela suppose de renoncement aux désirs de consommer !

les enseigants qui imaginent toujours s'adresser aux enfants de Jules Ferry ne sont absolument pas préparés à cette enfance-clientèle.

Un livre à lire...

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 07:13

Après la privatisation de L'Aérospatiale, quel défi lançait Phillipe Camus, Directeur Général ? celui de bâtir les avions de l'avenir, moins pollueurs? non, celui de "faire passer la marge d'exploitation de 4% à 8% en cinq an. Un pôle de compétence financière est crée qui va permettre d'affirmer la priorité de la création de valeur pour l'actionnaire...A l'évidence, les changements de statut ont modifié les priorités.

EADS a fait de la "rentabilité pour l'actionnaire" sa "priorité"

Les promesses sont tenues : le groupe connait "cinq années de dividende" le résultat d'exploitation double, comme le bénéfice par action,. le cours d'EADS grimpe de 70%- une performance d'autant plus remarquable que l'indice CAC 40 baissait de 30% durant la même période.

Indice complémentaire et non des moindres,: depuis 2004 le groupe "met en oeuvre un programme de rachat d'actions" qui pourrait atteindre 7,8 milliards d'euros jusqu'en novembre 2007". Ce choix atteste la financiarisation d'EADS. Plutôt que d'investir dans les chaines de production, ou mieux, dans la recherche et  développement l'entreprise n'entreprend plus. Elle préfère procèder à une destruction de capital (afin d'éviter l'effet dilutif pour ...l'actionnaire). Louis Gallois justifie la cession de sites "les investissements totaux nécessaires au passage aux matériaux composites représentent 500 à 600 millions d'euros. Nous ne pourrons pas les réaliser nous-mêmes. (Juste des centaines de millions...pour les actionnaires on compte en milliards).

Ce sont des milliards d'euros qui, là, en toute légalité, sans aucun délit d'initiés, ont été détournés du projet industriel, ou des poches des salariés, au bénéfice des actionnaires.
C'est ainsi, dans cette logique financière qu'il faut comprendre le Plan Power 8.

La lecture attentive des rapports financiers d'EADS permet de comprendre que les licenciements de découlaient d'aucune nécessité...le Plan Power 8 était prévu depuis longtemps...!

il faut revenir, d'abord, aux justificationss officielles du Plan Power 8. Tant chez les dirigeanst d'EADS qu'au gouvernemment, on a estimé ce plan, "nécessaire", "équilibré", "équitable". Pour restaurer la compétitivité et compenser la dégradation financière dûe aux retards, Airbus lance le programme 'Power 8' lance Louis Gallois, destiné à générer des économies annuelles durables d'au moins 2 milliards d'euros à partir de 2010.

 Clé de ce remède traditionnel, "une réduction de 30% des coûts de fonctionnement,, une réorganisation des sites..;quelques 10 000 postes en moins, Louis Gallois a passé beaucoup de temps pour aller voir, discuter, rencontrer l'ensemble des parties prenantes de façon à construire un plan qui est "équilibré" et "équitablle"

Sont avancés des arguements de conjoncture comme les retards, la baisse du dollar etc...

Or ce plan de restructuration était prévu depuis longtemps, bien avant les déboires que l'on a largement exagérés pour faire passer la pillule..!

Ce que l'on découvre à la lecture du "Rapport annuel 2005" du Groupe EADS intitulé " Tracer l'avenir"

Tout va pour le mieux, cette année la rentabilité d'EADS a atteint de nouveaux sommets...pour une troisième année consécutive,une augmentation du dividende est proposée..une années record en terme de livraisons...mais ces "performances" ne suffisent pas ! Afin de dégager la meilleure rentabilité de sa catégorie de faire progresser la performance opérationnelle d'EADS en terme de coûts, le Groupe opte pour une "stratégie claire": "l'internationalisation"

On y détaille que 95% des salariés sont localisés en Europe, ainsi que 75% des sous-traitants. EADS prévoit de devenir un solide acteur industriel dans certain pays clés comme les Etats-Unis, la Chine, la Russie, la Corée du Sud et l'Inde....EADS doit donc cibler de nouveaux marchés d'approvisionnement afin d'alimenter se Stratégie industrielle mondiale...cette "novlangue" financière se traduit enfrançais courant par un verbe : délocaliser !

en clair depuis 2005 et indépendamment des aléas industriels, les grandes lignes du plan "Power 8" étaient depuis longtemps tracées:  délocaliser. (on s'est servi de pretextes pour justifier ces sacrifices).

Dans le futur A350 la part de valeur développée et fabriquée en Europe tombera aux environs de 50%, et tout çà pour quoi ? pour sauver l'entreprise ? ...ou pour que  "la rentabilité ne risque pas d'être en décalage par rapport aux standards de l'industrie et aux ..;attentes des actionnaires ?"

LE PROFIT AVANT L'HOMME  (Noam CHOMSKY)

Partager cet article
Repost0
7 août 2007 2 07 /08 /août /2007 12:30

Extrait du livre de Yvan STEFANOVITCH : Enquète sur " Les privilégiés de la République"
publié chez Jean Claude LATTES

Le niveau de rémunération des 1222 fonctionnaires du Palais du Luxembourg est tout simplement "stupéfiant"! à qualification égale les salaires sont 50% plus élevés que ceux de la fonction publique d'Etat et 20 à 30%supérieurs au privé.

Un haut fonctionnaire, culpabilisé, a accepté de briser l'omerta en montrant quelques photocopies de fiches de paie du haut en bas de l'échelle.
Exemple : un surveillant de jardin du Sénat :  travail ni trop pénible, ni trop prenant...aucun diplôme exigé. Après avoir réussi un petit concours, les heureux titulaires sont surpris par leur première paie : 2300 euros net/mois ! Deux fois plus que celle des gardiens des squares parisiens ou autres villes de France...!

Après 5 ans de patrouille pépère au milieu des fleurs, ces petits hommes bleus, couleur de l'habit, ne s'étonnent plus de toucher 3000 euros/net/mois...Le Sénat se garde bien de faire de la publicité pour ce genre d'emploi, ainsi sur le site du Sénat peut-on lire " En raison de l'effectif restreint les concours de recrutement de surveillants de jardin sont rares et le nombre de postes mis en concours toujours limités"...en réalité le recrutement se fait sur recommandation de vénérables hauts fonctionnaires...!

travailler plus pour gagner plus...!

Une "astuce diabolique" permet de gonfler de façon astronomique les salaires des surveillants du jardin. Représentant à eux seuls la moitié des 1222 fonctionnaires, les 627 agents de base (surveillants de jardin, jardiniers, secrétaires, femmes de ménage, technicien de surface, chauffeurs, lingères, huissiers et gardiens) touchent en moyenne de 3000 à 6000 euros net/mois...grâces au pactole de primes de nuit..!

Ces primes sont accordées de façon très égalitaire à tous, alors que les  sources officielles estiment qu'un tiers seulement du personnel est présent durant les scéances de nuit, tout cela "grâce à la poche sans fond du contribuable" ...au Sénat  (comme à l'Assemblée Nationale)  été comme hiver la nuit débute à 19h05. Ce sont les deux seules entreprises en France a connaitre une telle exception "astonomique ".

La prime de nuit permet d'augmenter sensiblement le salaire de base pour une durée automatique de 4 heures..à 0h5 le même traitement est multiplié par deux, à 4h5 obligatoirement par 4  jusqu'à 7h5. De mémoire de "chat ou de badaud" personne pourtant n'a jamais vu les jardiniers ou les gardiens du Sénat ( remplacés la nuit tombante par les gardes républicains) travailler à la lumière des projecteurs. Pourtant , comme tous les autres employés du jardin du Luxembourg, ils touchent les primes forfaitaires. L'un de ces bénéficiares a confié avec malice : " on a le droit de toucher, même quand on a tord".

Quels sont les questeurs qui ont mis en place cette réglementation?
motus et bouche cousue.. ! en 1995 ils ont garanti un minimum de primes de nuit à l'ensemble des fonctionnaires du Sénat. Soit un jackpot annuel de 120 scéances de 4 heures, soit environ, l'équivalent de 10 h par mois. Le cadeau saute au yeux : les Sénateurs n'ont siègé qu'une quarantaine de fois en scéance de nuit en 2004, sur 127 journées de scéance publique...!

travailler plus pour gagner plus ...!

Avec ses chauffeurs la République sénatoriale se montre encore davantage bonne fille. Rémunérés sur la même base que les surveillants de jardin en début de carrière; grâce à des primes particulièrement bien étudiées; ils émargent à 6000 euros au bout de cinq ans d'activité...! ils ne travaillent que 35 heures par semaine comme tous les employés du Palais du Luxembourg...!

Tout en haut de la pyramide trônent les 220 administrateurs et 131 administrateurs adjoints. (diplôme de Sciences-Po ou une licence de droit sont exigés) moyennant quoi les heureux élus sont assurés de toucher le pactole. En début de carrière, ils émargent à 7 800 euros/brut/mois, et terminent à 20 000 euros comme secrétaire général du Sénat ou de la questure.

Des rémunérations à faire pâlir de jalousie tous les grands corps de l'Etat républicain.Salariés les mieux payés du public et du privé, les employés du Sénat, sont aussi les rois des vacances. Ainsi les 1222 fonctionnaires du Palais du Luxemboug  ne travaillent-ils que neuf mois et demi/an tout en étant payés sur douze mois..!

travailler plus pour gagner plus...!

 

Partager cet article
Repost0